Aux dernières nouvelles, le Conseil constitutionnel s’apprêterait à déclarer pour huit jours la déchéance de Sarkozy de son poste de président. Mais pour huit jours seulement. Le Conseil s’appuie sur la jurisprudence dite Gilles de Chin, du nom de ce collège du nord de la France, d’où un élève de 6e avait été exclu, pour huit jours également, pour avoir traité de « connard » son professeur. Injure inacceptable, n’est-ce pas ? Or, en visite au Salon de l’agriculture, le président a traité de « pauvre con » un contradicteur qui l’interpellait. Traiter un honorable citoyen de « pauvre con » est une injure inacceptable, n’est-ce pas ? Le petit élève de 6e avait en supplément, été violemment giflé par l’enseignant, ce qu’une large fraction de l’opinion publique semble trouver normal. Faut-il, dans ces conditions, gifler violemment Sarkozy ? Les sages du Conseil constitutionnel, pour l’instant, ne se prononcent pas.