En catimini, dans le secret des cabinets ministériels, le gouvernement supprime le poste de défenseur des enfants. Dominique Versini n’a été ni consultée ni même informée sur cette nouvelle manifestation de « maltraitance institutionnelle ». On pourrait plutôt parler de brutalité institutionnelle, bien dans la ligne de la lourde méfiance envers les mineurs entretenue par ce gouvernement ; on n’a pas oublié par exemple les attaques contre la justice des mineurs. Ces derniers temps, la défenseure était notamment intervenue sur la question des enfants en bas âge détenus dans les centres de rétention. Besson et Hortefeux se frottent les mains. Cette décision intervient alors que se prépare le 20e anniversaire de la Convention internationale des droits de l’enfant, une convention que la France s’est toujours obstinée à saboter. Par sa brutalité et son cynisme, une mesure typiquement sarkozyenne.