Un second tour Sarkozy-Le Pen aux présidentielles ? Même si la fiabilité et surtout  l’honnêteté des sondages sont sujettes à caution, force est quand même de constater qu’en gros un Français sur deux partage les valeurs politiques des deux candidats en question. C’est bien inquiétant mais pas vraiment surprenant au regard des évolutions constatées ces dernières années dans le discours politique et plus généralement dans l’expression d’une opinion publique, dont on dit qu’elle s’est « libérée », « décomplexée » : ainsi, prétendre que les Noirs et les Arabes sont plus délinquants que les autres ou qu’il faut rejeter les immigrés à la mer est le signe d’une opinion libre et sans complexe.

La prochaine circulaire préparée par Chatel pour interdire à des mères de famille portant un foulard d’accompagner les voyages scolaires s’inscrit dans ce contexte de chasse aux voix d’extrême-droite. Signe de bêtise et d’intolérance, cette nouvelle marque de stigmatisation d’une population ciblée renforce une tendance à l’œuvre ces dernières années, qui privilégie les préoccupations exclusivement politiciennes au détriment de la mission éducative de l’école, une école qui a tout à craindre du contexte électoraliste des prochains mois.

Dans ce climat malsain,  on peut saluer la proposition de Sauvons l’Europe en faveur d’un programme Averroès, qui serait en quelques sorte le pendant d’Erasmus, visant à la libre circulation des étudiants entre les rives de la Méditerranée : «  […] Il revient sans doute à la génération des petits enfants de Jean Monnet d’œuvrer à substituer à la néfaste proposition de guerre de civilisations celle plus humaniste d’un modèle social méditerranéen partagé au travers d’une mobilité économique méditerranéenne et de son corollaire : une citoyenneté économique méditerranéenne. Cette réponse politique devra à terme se traduire par un cadre institutionnel supranational ad hoc qui conforte la démocratie, l’Etat de droit, l’expansion économique et consacre la dignité et l’égalité des peuples. Concrètement, nous proposons que la première pierre de cette ambition soit la libre circulation des étudiants comme premier trait d’union entre les deux rives de la Méditerranée […] »

 

[Pour naviguer sans pub sur Journal d'école : Firefox+Adblock]