Ben Laden aurait donc été tué quelque part au Pakistan. Fort bien mais, dans ces conditions, pourquoi les Occidentaux mènent-ils depuis dix ans une guerre en Afghanistan, guerre qui, au passage, a fait davantage de victimes civiles que les attentats du 11 septembre ? Ne savent-ils pas lire correctement une carte de géo ?

La plupart des commentateurs s’accordent à dire qu’avec la mort de Ben Laden, il faut s’attendre à une recrudescence du terrorisme. Mais alors, pourquoi l’a-t-on tué ? Ben Laden restera dans l’histoire comme l’alibi légitimant la chape de plomb sécuritaire tombée sur les démocraties occidentales – ou ce qu’il en reste – ces dernières années. Après la disparition du communisme, l’Occident ne pouvait vivre sans ennemi héréditaire : c’est le rôle de l’Islam, avec sa déclinaison intérieure, le communautarisme et sa composante extérieure, le terrorisme. Ben Laden mort, il nous faut d’urgence un nouvel épouvantail. Mais lequel ? Avec l’invasion tunisienne, la menace Rom, la burqa et on en passe, la France a, pour sa part, déjà largement anticipé.

 

[Pour naviguer sans pub sur Journal d'école : Firefox+Adblock]