Yohann Forestier, l’artiste caennais interpellé parce qu’il portait une burqa tricolore, est convoqué devant le tribunal pour outrage au drapeau (Rue89, 23/06/2011). Récapitulons : alors que le législateur transforme en délit l’exercice d’un droit fondamental qu’est la liberté d’expression, la police, la justice et l’administration suivent servilement. Aux côtés du drapeau et de la Marseillaise, la bêtise, la coercition et l’intolérance sont bien des symboles nationaux.

Une pétition est en ligne à l’initiative de plusieurs associations dont la Ligue des droits de l’homme.

« (…) Faute de réponse à la question sociale, portée notamment par le secteur associatif aujourd’hui étranglé financièrement, une politique de la haine, défigurant notre République constitutionnellement laïque et sociale, est mise en oeuvre et elle est dirigée en priorité vers des boucs émissaires présumés musulmans. Faut-il s’étonner alors que des représentants des forces de l’ordre confondent l’intervention jouée d’un artiste caricaturant cette politique par le port d’une burka tricolore, avec la défense de la République et des citoyens?

Nous ne demandons pas la clémence mais le droit, pas l'autorisation de parler mais la liberté ! Nous exigeons que les pouvoirs publics abandonnent toute poursuite contre Yohan Leforestier et respectent le droit de chaque citoyen à exercer sa pleine et entière liberté d’expression (…) »

Alors, signons et outrageons.

 

[Pour naviguer sans pub sur Journal d'école : Firefox+Adblock]