En Iran, les milices Bassidj, fondées par Khomeini en 1979, ont pour fonction principale d’arpenter les rues et d’y traquer les femmes dont la tenue vestimentaire contreviendrait aux « bonnes mœurs », c’est-à-dire aux leurs. En France, on n’en est peut-être plus très loin, du moins dans cette région méditerranéenne où quelques mollahs locaux se sont mis en tête de pourchasser des femmes qui auraient l’outrecuidance de se présenter à la plage vêtues comme elles l’entendent. Après le maire de Cannes, c’est au tour de Lionnel Luca, son collègue de Villeneuve-Loubet (Alpes-Maritimes), d’interdire « l’accès à la baignade […] à toute personne ne disposant pas d’une tenue correcte, respectueuse des bonnes mœurs et du principe de laïcité, et respectant les règles d’hygiène et de sécurité adaptées au domaine public maritime » (sic). Une prétention proprement ubuesque qui n’est pas sans évoquer ces fameux gendarmes de Saint-Tropez popularisés par le cinéma, qui, dans les années 60, partaient à la chasse aux nudistes. Sauf qu’ici, il s’agit de toute autre chose, puisque seules les femmes, seules les femmes musulmanes sont concernées, dévoilant les intentions discriminatoires du maire en question. La référence à la laïcité ne surprend pas, venant d’individus, qui, depuis des années, ont récupéré et détourné ce principe dans un sens qui n’a rien à voir avec sa justification d’origine – la neutralité de l’état en matière religieuse – pour en faire un outil de stigmatisation d’une large partie de la population d’origine immigrée : aujourd’hui, en France, on n’est plus raciste, on est laïque. Une posture morale quand même plus confortable.

Ce nouvel avatar de la laïcité ne relève pas seulement de la tartarinade, du coup de chaleur d’élus locaux désireux de montrer que, à défaut d’arrêter à temps un camion fonçant dans la foule un soir de 14 juillet, ils  sont par contre en mesure d’envoyer leurs nombreux policiers municipaux verbaliser de simples citoyennes qui découvrent, et d’autres avec elles, ébahi(e)s, que la liberté vestimentaire n’est désormais plus un droit, du moins pour une certaine catégorie de la population, toujours la même.  Une laïcité arbitraire, discriminatoire mais aussi, plus simplement, attentatoire aux libertés pour un pays qui, sous état d’urgence permanent, en prend de plus en plus à ses aises avec l’état de droit ; la peur de l’attentat, soigneusement entretenue et orientée vers la peur de l’autre, faisant perdre tout sens critique. Même si le sens critique des électeurs de Lionnel Luca peut être sérieusement mis en doute au regard de l’œuvre législative du député Luca, telle qu’elle apparaît à travers les nombreuses propositions de loi déposées par ce dernier à l’Assemblée nationale, il est clair que ce dernier a manifestement de la suite dans les idées.

En vrac, quelques initiatives parlementaires à l’actif du député de la 6e circonscription des Alpes-Maritimes :

- N° 3768 - Proposition de loi de M. Lionnel Luca visant à supprimer l'impôt de solidarité sur la fortune (18/05/2016).

- N° 3504 - Proposition de loi de M. Lionnel Luca visant à la mise en place d'un service républicain pour les jeunes Français (16/02/2016).

- N° 2016 - Proposition de loi de M. Lionnel Luca visant à permettre la déchéance de la nationalité pour tout combattant djihadiste français (11/06/2014).

- N° 1605 - Proposition de loi de M. Lionnel Luca visant à établir une journée nationale du souvenir de la quatrième génération du feu (05/12/2013).

- N° 1258 - Proposition de loi de M. Lionnel Luca visant à reconnaître le massacre de la population française à Oran le 5 juillet 1962 (16/07/2013)

- N° 607 - Proposition de loi de M. Lionnel Luca relative à la reconnaissance du génocide vendéen de 1793-1794 (16/01/2013).

- N° 526 - Proposition de loi de M. Lionnel Luca visant à garantir la continuité du service public dans les transports de voyageurs durant les périodes de congés et d'affluences massives (12/12/2012).

- N° 507 - Proposition de loi de M. Lionnel Luca visant à la sécurité dans les établissements scolaires du second degré (12/12/2012) [visant à faire assurer la sécurité par des retraités de la police ou de l’armée…]

En dehors de la dernière proposition de loi en date du 1er juillet 2016, « visant à permettre la stérilisation des chats errants » – et dont on se demande au passage si elle est bien compatible avec les racines chrétiennes de la France – les  convictions politiques de Luca ont tous les caractères de la paranoïa.

 

Voir aussi sur Mediapart