"Prolongeant le mouvement des gilets jaunes..." (voir la note de Plenel) : sur Mediapart, l'escroquerie continue. Plus d'un an à courir derrière une convergence des luttes fantasmée entre les gilets jaunes et le monde du travail, entre les gilets jaunes et la société française, Mdp réinvente l'histoire du mouvement social. Une histoire sans travailleurs, sans salariés, sans syndicats... (ma note de blog du 15/11/2019).

Mais aujourd’hui, alors qu’un mouvement social organisé montre qu’il peut arriver à ses fins, les manifs sont de plus en plus menacées par des groupes de nervis (chemises jaunes, noires etc), nullement préoccupés par la réforme des retraites mais qui confondent défoulement et action politique. Un peu partout, ces démonstrations, des pitreries, venant d’acteurs anonymes, usant d’une violence systémique – quel autre type d’action les a-t-on vus mettre en œuvre ? – avec pour objectif non pas de faire aboutir des revendications mais de se défouler l’espace d’un moment en se donnant bonne conscience : celle de révolutionnaires en lutte pour changer la face du monde, pour changer le cours de l’histoire.

Et le lecteur-abonné de constater, effaré, que, décidément, pour Mediapart, confondre l'information et la distribution de tracts ou les slogans hurlés (voir le compte tweeter de Mdp et son chapelet de tweets délirants tout au long de l’après-midi), aucun problème de déontologie. A Mediapart, on a manifestement oublié que le journalisme embarqué ne consiste pas seulement à se laisser conduire en laisse par le gouvernement. En politique, les maîtres sont nombreux et les serviteurs également. Dommage pour la démocratie. Ne parlons même pas du lecteur…

Et puisque Mdp et son fondateur semblent tellement tenir à la convergence des luttes, attention à celle qui vient : https://twitter.com/CNEWS/status/1215320069632417794

Il ne faudra pas dire qu'on ne l'a pas cherché. Et puisque cette note de Plenel offre une pub (gratuite ?) à La Fabrique, c'est l'occasion de rappeler les mâles paroles d'Eric Hazan tenues dans ces mêmes colonnes de Mdp, à propos de Le Pen : "les ennemis de mes ennemis sont un peu mes amis." Encore un effort, Mediapart...