Capture 19032021

« (…) Le racisme intentionnel présent dans tout l’échiquier politique, des droites à certaines gauches, ne relève pas de ce que l’on a nommé à tort, par confort et paresse intellectuelle afin de préserver les institutions, la « lepénisation des esprits ». L’Etat-nation France est né d’une matrice racialiste. Structuré et structurant la société par la construction mythique d’une identité nationale, il produit des frontières extérieures et intérieures, fabrique les « naturels » et les indigènes, les citoyens et les sujets, les légaux et les sans-papiers, les patriotes et les ennemis de l’intérieur. In, fine, cet Etat-nation incarne le pouvoir blanc qui traverse l’histoire avec, dans son sillage, la modernité impérieuse qui se doit d’imposer ses Lumières au nom d’un universalisme impérial. Troisième exportateur d’armes dans le monde, la France militarise ses polices d’intervention dans les quartiers populaires où vivent ceux et celles que des élites qualifient, entre autres, de « sauvageons » et de « racailles ». Les guerres extérieures et intérieures de l’Etat français sont légitimées par le même corpus idéologique, celui de la race érigée sous un drapeau tricolore, celui d’une culture supérieure, du savoir dominant, de l’humanisme blanc. Les personnes non blanches ne peuvent avoir d’autre ambition que de se défaire de leur teinte, de se dissoudre dans le roman national, de s’invisibiliser en se drapant dans la bannière des dominants. Injonction leur est faite de dépolitiser le racisme afin de confiner l’antiracisme à une approche uniquement morale que l’Etat et certaines de ses institutions, comme la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme et la haine anti-LGBT (Dilcrah), distillent dans la société. »

Olivier Le Cour Grandmaison, Racismes de France, sous la dir. de Omar Slaouti et Olivier Le Cour Grandmaison, La Découverte, 2020.

Une analyse qui n’est pas sans évoquer, au moins en partie, celle du Mythe national  de Suzanne Citron. Suzanne Citron avait beaucoup d'avance, puisque la première édition de son livre, précurseur, date de 1987...