25 juin 2016

Brexit : l'arnaque souverainiste

Bon, la chose est entendue : d’un côté, « le peuple », nécessairement vertueux, nécessairement exploité, nécessairement national, qui vient par la magie d’un vote de recouvrer sa « souveraineté » ; de l’autre côté, « l’exploiteur », « les élites », « la finance », « le grand capital », « l’oligarchie », « Bruxelles », « l’Europe », on ne dit pas encore « les juifs » mais attendons un peu… Sauf que, dans ce domaine comme dans... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 19:11 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
24 juin 2016

Les mauvais démons

Ce n’est pas nouveau mais il n’empêche : c’est une escroquerie, cette idée selon laquelle la victoire du Brexit serait celle du « peuple », de la « souveraineté », de la révolte des exploités – les bons, les Blancs, les natifs – contre les exploiteurs, l’Europe, les indigènes. En matière d’exploitation de l’homme par l’homme, ce pays traîne derrière lui une longue tradition qui remonte à beaucoup plus loin que son adhésion à l’UE : les enfants mourant dans les mines de charbon, ce n’était pas la faute de... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 07:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
26 mai 2014

Demain, à l'école, on décroche le drapeau tricolore

Dans Libé ce soir, l’annonce par un chroniqueur qu’ « un Français sur quatre » aurait voté FN. Je ne suis ni journaliste ni politologue mais je sais au moins compter : avec 25 % des suffrages exprimés et compte tenu de l’abstention, ce sont 12 % des électeurs qui ont voté FN, soit environ 5 millions d’électeurs : sur un total de 46 millions d’électeurs et 65 millions de Français, on est encore loin d’un Français sur quatre. Il y a quand même matière à s’interroger sur l’incapacité manifestée ces dernières... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 00:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 avril 2012

Ces pauvres "qui n'en peuvent plus", qui votent Le Pen et réélisent Sarkozy

Le vote de la  colère, le vote des chômeurs, des laissés pour compte, de petits, des déclassés, des méprisés etc. L’explication est là, toute simple, toute évidente : ce sont la misère et le désespoir qui font voter Le Pen. Explication tellement simple et évidente que nos savants commentateurs, nos doctes politologues et même aujourd’hui – c’est un comble – la plupart des politiciens de gauche,  qui, en la matière, font preuve d’un coupable aveuglement qui risque de coûter très cher, ne se donnent même pas la peine de... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 17:20 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
22 avril 2012

Soir d'élection : démocratie à la dérive

27% + 20%, Sarkozy + Le Pen : on n’est pas loin d’une majorité d’extrême-droite dans ce pays, ou d’une opinion majoritaire construite sur la peur de l’autre, le racisme, le repli sur soi, la brutalité, l’obéissance comme valeur suprême, le mépris des droits de l’homme. Les propos d’estrade plutôt que le débat, les analyses caricaturales à force d’être simplificatrices plutôt que la prise en compte de la complexité du monde. Une incapacité maladive à imaginer une autre forme de collectivité, de vie en société qui s’épanouiraient... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 21:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 décembre 2011

C'est la faute aux Allemands

Les fines sorties entendues ces derniers jours sur l’Allemagne ou sur l’accent norvégien d’Eva Joly sont à l’image d’un pays toujours taraudé par ses vieux démons. Incapables de mettre en œuvre des réponses pertinentes aux difficultés de l’heure, les politiciens se réfugient dans le racisme et la xénophobie : pour la droite, le chômage et la délinquance résultent d’une immigration non contrôlée, pour la gauche – ou une partie de la gauche, l’Allemagne est la première responsable de la crise économique. Comme palliatif aux... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 17:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 juin 2008

Europe : arrêter de faire peur

A voir les tronches réjouies ici et là, on est autorisé à penser qu’il ne sortira pas grand bien du rejet par les Irlandais, par le « peuple » comme le disent ici et là, du traité de Lisbonne. Non pas qu’on tienne en grande estime ce document insipide, sans conviction ni ambition proposé par quelques dirigeants pusillanimes, mais il faut reconnaître qu’avec le vote des Irlandais, comme avec celui des Français il y a trois ans, c’est bien l’Europe qui est visée et le repli sur soi plébiscité. Ne rêvons pas : peut-on sérieusement voir... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 16:14 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
21 décembre 2007

Frontières

Un soldat polonais retirant les barbelés à la frontière allemande. Aujourd’hui, les derniers pays adhérents à l’Union européeenne ont supprimé leurs frontières, au moins dans le paysage et 400 millions d’Européens peuvent circuler librement. Je ne suis pas naïf au point de ne pas voir tout ce que cette ouverture peut avoir d’inachevé et comme beaucoup, je m’inquiète d’une autre frontière, celle que l’Europe est en train de dresser à ses propres portes. Mais cette photo (Le Monde, 20/12/2007) fait quand même bien... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 17:57 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
18 novembre 2007

Histoire belge et pas drôle

« Dans la cour de récréation,celui qui s'avise de parler français à son copain est puni. Comme un quart des élèves sont francophones, les punitions tombent tous les jours : elles consistent à faire des exercices de néerlandais, à nettoyer la cour ou à aider les plus petits à la cantine. » C’est se qui se passe dans cet établissement scolaire de la périphérie bruxelloise (Le Monde, 17/11/2007). La capitale européenne qui, au passage, semble bien avoir oublié l’esprit des fondateurs de l’Europe, montre chaque jour un peu plus où mène la... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 18:05 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
25 mars 2007

La jeunesse européenne sur les pas d'Erasme ?

Aujourd’hui, 50e anniversaire du traité de Rome. 50 ans de paix sur un continent où, jusque là, on s’entredéchirait pour des frontières, des drapeaux, des hymnes nationaux, ces symboles mortifères que des politicien(ne)s inconscients ou sans scrupules voudraient remettre au goût du jour. Il ne s’agit pas de se laisser aller à une admiration béate ou angélique de l’Europe du traité de Rome mais il faut un bien coupable égarement pour rêver de l’Europe d’avant, l’Europe des années 40. Personnellement, je n’ai nul besoin d’hymne,... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 09:43 - - Commentaires [2] - Permalien [#]