24 avril 2017

Elections : sortir du piège identitaire

En avril 2002, les réactions provoquées par l’accession de l’extrême-droite au second tour des élections présidentielles étaient le signe d’une réelle émotion : 4,8 millions de voix pour Le Pen, ce ne pouvait être qu’un accident, quelque chose d’intolérable de toute façon, ce que les millions de manifestants qui étaient descendus dans les rues le 1er mai suivant avaient voulu signifier, comme le score hors norme (82 %) obtenu au second tour par le candidat Chirac. C’était entendu : l’extrême-droite ne passerait pas. Quinze... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 17:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 avril 2017

Mélenchon et ses électeurs, Mediapart et ses lecteurs

Incontestablement, la rencontre quotidienne d’un abonné avec Mediapart ne va plus de soi. Ou plus précisément, si de nombreuses rubriques conservent leur intérêt, si le club est toujours l’occasion d’échanges et de découvertes, par contre, dans la couverture de la campagne présidentielle, quelque chose s’est passé, quelque chose s’est cassé. Au-delà de la question assez futile de savoir s’il existe une ligne officielle en la matière, si Mediapart vote Mélenchon, Hamon, Macron ou Ducon, le problème est survenu avec l’arrivée massive... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 15:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
29 décembre 2016

2016, "année de la Marseillaise"... la suite au printemps prochain

L’année 2016 était donc « l’année de la Marseillaise ». Fruit d’une initiative présidentielle, inévitablement relayée par une Education plus nationale que jamais, elle a donné lieu dans les établissements scolaires à une débauche d’initiatives – souvent loufoques - en réalité une véritable « célébration », selon le souhait de la circulaire officielle, visant à persuader les 13 millions d’élèves qu’avant toutes choses, ils sont « français d’abord ». Année de la Marseillaise ? Ce fut aussi, au... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 13:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juillet 2016

Encore une louche de sang impur, les enfants...

« Quand les drapeaux sont déployés, toute l’intelligence est dans la trompette. » Un aphorisme que Stefan Zweig aurait très bien pu appliquer à la séance de l’Assemblée nationale du 29 juin dernier : autour de la place des symboles nationaux à l’école, les députés ont fait assaut de poncifs patriotiques dans une surenchère certes grand-guignolesque mais qui en dit long sur le climat ambiant. Hystérie nationale au Palais-Bourbon Que les paroles de la Marseillaise soient affichées dans toutes les salles de classe, c’est... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 13:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
30 juin 2016

Brûler le drapeau national : délit de blasphème sous la république

En France, peut-on être jugé et condamné pour son opinion ? La réponse est oui, puisque le code pénal, dans son imagination sans limites, prévoit le délit d’ « outrage aux symboles nationaux ». Hier, à Rennes, un manifestant contre la loi travail a été arrêté pour avoir brûlé un drapeau tricolore ; il encourt une peine de 7 500 euros d’amende et de six mois de prison. Une peine identique est d’ailleurs prévue pour l’outrage à la Marseillaise : ainsi, écouter ce condensé de violence et de bêtise... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 18:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
30 mars 2016

Marseillaise à l'école : changer les paroles, culbuter la nation

Lorsqu’en 2005 un parlementaire, Jérôme Rivière, député UMP, fait intégrer l’enseignement de la Marseillaise à la nouvelle loi d’orientation sur l’école, l’écho médiatique qui accueille son initiative n’est guère en rapport avec l’indifférence manifestée sur le terrain. Et pour cause, à cette date, cela fait déjà vingt ans que la Marseillaise est inscrite dans les programmes scolaires (1985), comme elle le sera dans ceux de 1995, 2005, 2008 puis 2015, injonction administrative à répétition traversant les différentes majorités... [Lire la suite]
04 février 2016

2016 : "année de la Marseillaise", année de toutes les escroqueries

Après les propositions de loi « Jour de Mémoire » et « Journée du drapeau » déposées par des parlementaires, le président de la république, grand maître du barnum patriotique, a décidé de faire de l’année 2016 l’« année de la Marseillaise » à l’école. Et comme à son habitude, l’Education nationale a mobilisé dans l’urgence toute sa hiérarchie, frissonnante de peur ou d’enthousiasme, pour satisfaire le dernier caprice en date du chef, après beaucoup d’autres. Comme le précise la circulaire parue le 3... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 16:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
06 décembre 2015

Elections : à force de légitimer les représentations de l'extrême-droite

Le résultat des élections régionales, une surprise, vraiment ? Ces dernières semaines ont vu en France, un gouvernement déclarer l’état d’urgence, rétablir les contrôles aux frontières, interdire les manifestations politiques, arrêter des militants, court-circuiter la justice en donnant tous les pouvoirs à la police, afficher paraît-il, un visage de « fermeté », s’interdire toute analyse sur les causes des attentats pour éviter un procès en laxisme et se démarquer de ce que le Premier ministre appelle « la culture... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 23:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 novembre 2015

Décrochons les drapeaux

Le drapeau tricolore comme antidote, comme remède à tous les maux de la société ? Le drapeau comme dérivatif, pour détourner l’attention ? Le drapeau comme viatique, quand il n’y a plus rien à faire ? Le drapeau comme signe de ralliement, comme marqueur identitaire, auquel chacun serait sommé de faire allégeance ? Libé révèle qu’à Paris, les drapeaux s’achètent dans les magasins de farces et attrapes : de fait, là  ils sont vraiment à leur place. Symptomatique de la pensée magique qui s’attache à ce... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 19:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
11 novembre 2015

A l'école comme ailleurs, en finir avec le sang impur qui abreuve les sillons

Il y a quelques jours, à Calais, plusieurs centaines de manifestants descendaient dans la rue contre la présence des migrants dans leur ville, une manifestation – paraît-il – apolitique, même si la présidente du mouvement organisateur, « Calaisiens en colère » avait rencontré Marine Le Pen peu de temps auparavant. Contre l’immigration, les symboles nationaux étaient de sortie, drapeaux tricolores et Marseillaise braillée devant la sous-préfecture, le sang impur abreuvant les sillons prenant pour l’occasion une couleur toute... [Lire la suite]