25 mars 2017

Une déconstruction du discours identitaire : "Le mythe national de Suzanne Citron"

« Le discours frileux ou méchant de ceux qui voudraient nous convaincre que nous sommes menacés de « disparaître » sous la vague des nouvelles « invasions » ne débouche sur aucun futur, mais il se réclame de stéréotypes que l’histoire républicaine a diffusés : origine gauloise, France éternelle défendue à Poitiers par Charles Martel, nation supérieure à toute autre (« la nationalité française se mérite » ) … Le modèle d’assimilation que nous offrait cette histoire est devenu inopérant (…) : Notre schéma de la laïcité devra être... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 12:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29 novembre 2016

Fillon, Clovis, Najat Vallaud-Belkacem et les autres

Clovis au centre du jeu politique ? Qu’un obscur et lointain roi des Francs des 5e et 6e siècles (certes après JC) puisse occuper une place aussi extravagante dans la perspective des prochaines présidentielles confirme à la fois la vacuité du débat politique, l’incapacité crasse des politiciens à parler sérieusement de l’école mais aussi la place inquiétante prise par les considérations identitaires dans la société française. Aussi s’est-on réjoui dans un premier temps d’entendre la ministre de l’EN en titre dénoncer la... [Lire la suite]
18 novembre 2016

L'histoire à l'école et le "besoin de frontières"

Selon Valls, l’élection de Trump marquerait « le besoin de frontières » et, par corollaire, la nécessité de « réguler l’immigration ». Nul besoin de porter plus loin l’analyse : aux USA comme en France, la référence aux frontières suffit pour légitimer tous les discours, tous les projets. Même quand le projet implique que l’on assimile les Mexicains à des « meurtriers » et à des « violeurs » et que l’on s’apprête à vider le pays de plusieurs millions de ses habitants. On peut bien se... [Lire la suite]
11 novembre 2016

A l'école, on ne commémore pas la guerre, on la célèbre

Dans le cadre d’une enquête menée auprès de 7000 élèves âgés de 11 à 19 ans, auxquels il a été demandé de raconter l’histoire nationale (1), une des co-auteur.e.s, Eglantine Wuillot, s’est plus spécialement intéressée aux représentations de ces derniers portant sur la guerre. De fait, « la guerre, opérateur de l’histoire », est omniprésente dans le récit des élèves, un récit qui n’est guère baigné de considérations pacifistes. Les guerres françaises toujours légitimes… Sur les 3767 lycéens ayant participé à l’enquête, de... [Lire la suite]
22 septembre 2016

"Nos ancêtres les Gaulois" : Sarkozy n'est pas seul

« Dés que l’on devient français, nos ancêtres sont les Gaulois ». Bien sûr, il s’agit de Sarkozy, le même qui, à Dakar, en 2007, devant un parterre médusé, évoquait « l’homme africain qui n’est pas entré dans l’histoire ». Le même qui prétendait faire lire par les lycéens, à chaque rentrée, la lettre de Guy Môquet. Le même qui, d’une ignorance crasse en histoire, n’a jamais manqué l’occasion de chercher à l’instrumentaliser. Bien sûr, la réponse à ce morceau de bravoure est venue, immédiate, notamment du côté des... [Lire la suite]
04 septembre 2016

Fillon veut faire réécrire les programmes d'histoire... sans les avoir lus

Pour Fillon, c’est un inépuisable filon. Si le jeu de mots est effectivement facile, c’est qu’il vient incontestablement à l’esprit devant l’obsession maladive du candidat à la présidentielle – une pathologie largement partagée dans la classe politique - pour l’enseignement de l’histoire, qui aurait le tort à ses yeux de ne pas être suffisamment nationale. Son projet de faire rédiger de nouveaux programmes (précision : les « anciens » programmes sont rentrés en application cette semaine…) par trois académiciens s’appuie... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 16:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
16 juin 2016

L'école au péril de la surenchère identitaire

Le débat politique au péril de la surenchère identitaire : avec les dernières déclarations de Sarkozy et de Copé, mais après beaucoup d’autres émanant de milieux très divers, ce n’est plus une éventualité mais une certitude. Autre confirmation : face à l’injonction patriotique, l’école est une nouvelle fois mise à contribution. « Dans les années qui viennent, la France restera-t-elle la France ? C’est cela le premier défi. Le plus grand. Le plus fondamental […] Je suis français, vous êtes français, nous sommes français,... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 17:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 juin 2016

Commémorer Verdun : l'Education (trop) nationale à côté du sujet

« Vous entendrez toujours des gens qui sacrifient volontiers la vie des autres. Ils font beaucoup de tapage et ils n’arrêtent pas de parler. Vous en trouvez dans les églises et les écoles et les journaux et les corps législatifs et les congrès. C’est leur métier. Leurs paroles sonnent bien. La mort plutôt que le déshonneur. Le sol sanctifié par le sang. Ces hommes qui sont morts noblement. Ils ne sont pas morts en vain. Nos glorieux morts (…) »  La charge cinglante lancée vingt ans après la Première Guerre mondiale ... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 11:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 mai 2016

Commémorer, manipuler : les écoliers au premier rang

Alors qu’en France la commémoration du 8 mai 1945 a donné lieu aux traditionnelles cérémonies patriotiques et militaires, dont les vertus civiques restent à démontrer, que les officiels font assaut de paroles convenues et ronflantes, que les enfants des écoles, encadrés par les Anciens combattants d’Algérie – qui n’ont jamais été des résistants – sont mobilisés pour faire entendre une Marseillaise toujours aussi malvenue, bref que le souvenir de la défaite du nazisme est récupéré et détourné à des fins sans rapport avec le sujet,... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 17:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
16 mars 2016

L'histoire, "une passion française" ? Mais ce n'est pas de l'histoire

L’histoire serait – paraît-il – « une passion française » : c’est du moins l’enseignement tiré par les sondeurs de BVA dans l’enquête sur « les Français et l’histoire » réalisée il y quelques semaines pour la presse régionale. Une passion, pourtant passablement édulcorée, singulièrement restrictive et qui sent trop souvent l’encre violette et les cahiers d’écoliers. Si 85 % des sondés se disent effectivement intéressés par l’histoire, les objets de cette curiosité frappent d’emblée par les limites... [Lire la suite]