12 novembre 2017

11 novembre : à l'école, un message mémoriel militarisé

Dans un récent ouvrage (1), Sarah Gensburger et Sandrine Lefranc s’interrogent sur l’efficacité des politiques de mémoire : « L’idée qu’il est possible, à travers la mémoire et les « leçons du passé », d’armer aujourd’hui le citoyen contre des violences à venir est un pansement bienvenu sur nos inquiétudes ; elle protège l’individu qui y adhère des doutes qu’il peut avoir sur la morale qui l’habite. » En sociologues, elles s’intéressent à « l’écheveau des relations sociales » qui viennent... [Lire la suite]
18 juillet 2017

Mélenchon et la rafle du Vel' d'Hiv' : la république sacralisée

« Vichy, ce n’est pas la France. »  Avec cette formule définitive, Mélenchon fait son coming out mémoriel. Prétendant réfuter le discours de  Macron sur la rafle du Vel’ d’Hiv’, il interprète l’histoire à sa façon et confirme qu’en la matière, non seulement il a beaucoup de retard sur l’historiographie du dernier demi-siècle mais surtout qu’il n’est pas du bon côté. Une analyse sommaire et contournée : s’il ne conteste pas que « des Français ont été personnellement responsables du crime comme ce fut le... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 17:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
10 juillet 2017

Antisémitisme, enseignement de la Shoah : entre histoire et manipulation

« Les manifestations de l’antisémitisme peuvent inclure le ciblage de l’Etat d’Israël » : dans une résolution en date du 1er juin dernier, dont le but officiel – et honorable – est la lutte contre l’antisémitisme, le Parlement européen dérape sérieusement, assimilant la critique, pourtant légitime, de l’état israélien et de son gouvernement à une forme d’antisémitisme. Cette assimilation hasardeuse (critique d’Israël = haine des Juifs)  à laquelle se livre le Parlement européen est la marque d’un détournement de... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 11:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29 juin 2017

Le mythe national et l'école : une lecture partielle et partiale de L. Joffrin

Trois mois après sa parution, Laurent Joffrin a lu Le Mythe national de Suzanne Citron. Dans Libération, il en donne une interprétation discutable. Disons simplement qu’il n’a pas tout compris. La première version du Mythe national remonte en fait à 1987. Avec 30 ans d’avance sur tout le monde, Suzanne Citron, historienne et enseignante, décortique la construction du récit qui va servir de base à l’enseignement de l’histoire pour des générations de jeunes Français, quasiment jusqu’à nos jours. Un récit principalement organisé autour... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 15:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
08 mai 2017

8 mai 1945 : une commémoration scolaire hors sujet

« (…) L’éducation que j’avais reçue de mes parents m’imposait une attitude respectueuse à l’égard de tous les adultes et surtout des personnes très âgées, indépendamment du milieu dont ils sortaient. Je considérais comme mon premier devoir de porter secours en cas de besoin et de me soumettre à tous les ordres, à tous les désirs de mes parents, de mes instituteurs, de monsieur le curé, de tous les adultes et même des domestiques. A mes yeux, ils avaient toujours raison, quoi qu’ils disent. Ces principes de mon éducation ont... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 18:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 mars 2017

Une déconstruction du discours identitaire : "Le mythe national de Suzanne Citron"

« Le discours frileux ou méchant de ceux qui voudraient nous convaincre que nous sommes menacés de « disparaître » sous la vague des nouvelles « invasions » ne débouche sur aucun futur, mais il se réclame de stéréotypes que l’histoire républicaine a diffusés : origine gauloise, France éternelle défendue à Poitiers par Charles Martel, nation supérieure à toute autre (« la nationalité française se mérite » ) … Le modèle d’assimilation que nous offrait cette histoire est devenu inopérant (…) : Notre schéma de la laïcité devra être... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 12:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29 novembre 2016

Fillon, Clovis, Najat Vallaud-Belkacem et les autres

Clovis au centre du jeu politique ? Qu’un obscur et lointain roi des Francs des 5e et 6e siècles (certes après JC) puisse occuper une place aussi extravagante dans la perspective des prochaines présidentielles confirme à la fois la vacuité du débat politique, l’incapacité crasse des politiciens à parler sérieusement de l’école mais aussi la place inquiétante prise par les considérations identitaires dans la société française. Aussi s’est-on réjoui dans un premier temps d’entendre la ministre de l’EN en titre dénoncer la... [Lire la suite]
18 novembre 2016

L'histoire à l'école et le "besoin de frontières"

Selon Valls, l’élection de Trump marquerait « le besoin de frontières » et, par corollaire, la nécessité de « réguler l’immigration ». Nul besoin de porter plus loin l’analyse : aux USA comme en France, la référence aux frontières suffit pour légitimer tous les discours, tous les projets. Même quand le projet implique que l’on assimile les Mexicains à des « meurtriers » et à des « violeurs » et que l’on s’apprête à vider le pays de plusieurs millions de ses habitants. On peut bien se... [Lire la suite]
11 novembre 2016

A l'école, on ne commémore pas la guerre, on la célèbre

Dans le cadre d’une enquête menée auprès de 7000 élèves âgés de 11 à 19 ans, auxquels il a été demandé de raconter l’histoire nationale (1), une des co-auteur.e.s, Eglantine Wuillot, s’est plus spécialement intéressée aux représentations de ces derniers portant sur la guerre. De fait, « la guerre, opérateur de l’histoire », est omniprésente dans le récit des élèves, un récit qui n’est guère baigné de considérations pacifistes. Les guerres françaises toujours légitimes… Sur les 3767 lycéens ayant participé à l’enquête, de... [Lire la suite]
22 septembre 2016

"Nos ancêtres les Gaulois" : Sarkozy n'est pas seul

« Dés que l’on devient français, nos ancêtres sont les Gaulois ». Bien sûr, il s’agit de Sarkozy, le même qui, à Dakar, en 2007, devant un parterre médusé, évoquait « l’homme africain qui n’est pas entré dans l’histoire ». Le même qui prétendait faire lire par les lycéens, à chaque rentrée, la lettre de Guy Môquet. Le même qui, d’une ignorance crasse en histoire, n’a jamais manqué l’occasion de chercher à l’instrumentaliser. Bien sûr, la réponse à ce morceau de bravoure est venue, immédiate, notamment du côté des... [Lire la suite]