12 juin 2017

Le vote des jeunes est-il soluble dans l'éducation civique ?

Si, au premier tour des législatives, le taux d’abstention atteint des sommets, il est encore plus remarquable chez les 18-24 ans qui, à 65 %, n’ont pas jugé bon de se déplacer pour voter, pour « remplir leurs devoirs de citoyens », selon la formule officielle. Il faut croire que tout le monde ne voit pas la citoyenneté du même œil. Face à cet état de fait, il serait surprenant que, dans les jours qui viennent, le traditionnel chœur des pleureuses ne fasse pas entendre ses non moins traditionnelles lamentations sur le thème... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 19:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
12 juin 2017

Blanquer et le redoublement : un discours à destination des électeurs

Au rythme d’une annonce hebdomadaire, voire quotidienne, Blanquer retrouve le mode de communication qui était le sien comme Dgesco (c’est-à-dire ministre bis de l’Education) sous Sarkozy : saturer l’espace médiatique, contourner les partenaires sociaux et, en période électorale, flatter l’électeur. L’intérêt de l’élève, c’est juste bon pour les discours. En quelques jours, donc, le ministre s’est employé, sans aucune concertation avec les intéressés, à saborder le travail de ses prédécesseurs qui n’avaient pourtant rien de... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 18:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
31 mai 2017

Les quinze premiers jours de Blanquer : comme un air de revanche

Il n’aura pas fallu quinze jours au nouveau ministre de l’EN pour faire comprendre qu’avec lui, une brutale réaction était à l’œuvre, dans la ligne de ce que lui-même et son très controversé directeur de cabinet avaient déjà annoncé à SOS Education. Sur les rythmes scolaires en primaire, sur la réforme du collège, sur les redoublements, sur les programmes officiels (notamment ceux d’histoire), l’ancien directeur général de l’enseignement scolaire sous le gouvernement Fillon ne laisse planer aucun doute : c’est le vent de la... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 17:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
22 mai 2017

L'école au péril de SOS Education

« Ecole : au secours, Sarkozy revient ! », écrivions-nous avant-hier. Mais l’on ne pensait pas que cela viendrait aussi vite et aussi brutalement. Et c’est par le biais de deux interviews confiées à l’officine ultra-réactionnaire SOS Education, l’une par le nouveau ministre, l’autre par C. Kerrero, annoncé comme son directeur de cabinet, que les projets éclatent au grand jour (1). Et ces projets sont fous. Abscons, ampoulé et inquiétant, Blanquer est tout cela à la fois dans cet entretien où son projet se... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 14:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 mai 2017

Blanquer, ministre de l'Education nationale : au secours, Fillon revient !

Si l’on considère la nomination d’un ministre comme un signal fort, alors celle de Blanquer à l’éducation est incontestablement un très mauvais signal. Car l’homme n’est pas un inconnu : comme recteur de l’académie de Créteil de 2007 à 2009 puis, surtout, comme directeur général de l’enseignement scolaire de 2009 à 2012, il a occupé les plus hautes fonctions dans l’EN à une époque que l’on peut considérer comme l’une des pires de l’histoire de l’enseignement : les années Sarkozy. On ne parle pas ici simplement de la... [Lire la suite]
08 mai 2017

8 mai 1945 : une commémoration scolaire hors sujet

« (…) L’éducation que j’avais reçue de mes parents m’imposait une attitude respectueuse à l’égard de tous les adultes et surtout des personnes très âgées, indépendamment du milieu dont ils sortaient. Je considérais comme mon premier devoir de porter secours en cas de besoin et de me soumettre à tous les ordres, à tous les désirs de mes parents, de mes instituteurs, de monsieur le curé, de tous les adultes et même des domestiques. A mes yeux, ils avaient toujours raison, quoi qu’ils disent. Ces principes de mon éducation ont... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 18:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
04 mai 2017

Brighelli : l'extrême-droite banalisée

Brighelli appelant à voter Le Pen, ce n’est une surprise pour personne :  sur l’école comme sur la société, son système de pensée est celui de l’extrême-droite. Aussi bien d’ailleurs, sur le fond que sur la forme, la violence des propos, les outrances, la vulgarité tenant lieu d’analyse. Dénonciation morbide de la pédagogie, du collège unique, sélection précoce des élèves aboutissant à réserver les études secondaires aux élèves issus des milieux aisés, cantonnant les autres aux rudiments, nostalgie d’un ordre scolaire... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 19:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 avril 2017

Elections : sortir du piège identitaire

En avril 2002, les réactions provoquées par l’accession de l’extrême-droite au second tour des élections présidentielles étaient le signe d’une réelle émotion : 4,8 millions de voix pour Le Pen, ce ne pouvait être qu’un accident, quelque chose d’intolérable de toute façon, ce que les millions de manifestants qui étaient descendus dans les rues le 1er mai suivant avaient voulu signifier, comme le score hors norme (82 %) obtenu au second tour par le candidat Chirac. C’était entendu : l’extrême-droite ne passerait pas. Quinze... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 17:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 avril 2017

Au terrorisme, les candidats reconnaissants

Même si l’on ne va pas jusqu’à dire que c’était cousu de fil blanc, l’attentat des Champs-Elysées n’est pas une surprise. En premier lieu, parce qu’il vient confirmer toute l’inanité, toute la vanité de la politique anti-terroriste menée depuis plus de deux ans : des vantardises à n’en plus finir, une surveillance généralisée de la population … à l’exception des terroristes, une croyance aveugle dans les vertus de la guerre pour ramener la paix au Proche-Orient. Après tout, par bien des côtés, cet attentat peut apparaître comme... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 15:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
21 avril 2017

"Le formidable recul qu'a subi le monde"

« Et de fait, rien peut-être ne rend plus sensible le formidable recul qu’a subi le monde depuis la Première Guerre mondiale que les restrictions apportées à la liberté de mouvement des hommes et, de façon générale, à leurs droits. Avant 1914, la terre avait appartenu à tous les hommes. Chacun allait où il voulait et y demeurait aussi longtemps qu’il lui plaisait. Il n’y avait point de permissions, point d’autorisations, et je m’amuse toujours de l’étonnement des jeunes, quand je leur raconte qu’avant 1914 je voyageais en Inde et... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 15:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]