12 novembre 2017

11 novembre : à l'école, un message mémoriel militarisé

Dans un récent ouvrage (1), Sarah Gensburger et Sandrine Lefranc s’interrogent sur l’efficacité des politiques de mémoire : « L’idée qu’il est possible, à travers la mémoire et les « leçons du passé », d’armer aujourd’hui le citoyen contre des violences à venir est un pansement bienvenu sur nos inquiétudes ; elle protège l’individu qui y adhère des doutes qu’il peut avoir sur la morale qui l’habite. » En sociologues, elles s’intéressent à « l’écheveau des relations sociales » qui viennent... [Lire la suite]
02 août 2017

Echange Rafale contre Canadair

Plusieurs milliers d’hectares partis en fumée, des habitations détruites, des populations affolées  fuyant devant les flammes : comme chaque année, les incendies de forêt font peser une lourde menace sur la sécurité des biens et des personnes mais curieusement, alors que le discours sécuritaire sature le débat politique et le terrain médiatique, dans le cas présent, la sécurité ne semble plus considérée comme une priorité, notamment budgétaire. Alors que, quelques jours plus tôt, le pouvoir politique, soutenu par une opinion... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 19:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
17 juillet 2017

Le chef d'état-major des armées à Macron : "il ne faut pas désespérer Dassault !"

Il n’échappe à personne – il ne devrait échapper à personne – que la polémique autour du budget militaire 2018 trouve pour point de départ le niveau d’équipement des armées, c’est-à-dire les commandes passées aux industries d’armement. Un budget militaire de 34 milliards d’euros, avec augmentation prévue jusqu’à 50 milliards d’euros en 2025, quelle misère ! A n’en pas douter, Dassault, Thalès, Safran vont se retrouver sur la paille. Comme souvent par le passé, notamment sous Hollande toujours bien disposé à leur égard, les... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 15:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
15 juillet 2017

L'armée, la guerre : tabous français entretenus par l'école

Fête nationale, fête militaire, fête guerrière : la présente édition n’a pas dérogé à la règle qui veut que la nation française trouve à s’incarner principalement dans l’armée, dans la guerre. Et comme si les parades militaires, les hymnes et les drapeaux ne suffisaient pas, des annonces politiques sont venues renforcer cette identification que personne, ou quasiment, ne semble vouloir remettre en cause. L’armée : un tabou français Dans un contexte de réduction drastique des déficits publics, la hausse annoncée du budget... [Lire la suite]
09 avril 2017

"Frappes" guerrières en Syrie : les candidats à la présidentielle également frappés

Bombardements, contre-bombardements, attentats, exode de réfugiés, condamnations, contre-condamnations, mouvements du menton : au Proche-Orient et par ricochet en Europe, une spirale de violence sans fin qui met en évidence, une nouvelle fois, l’incompétence des dirigeants politiques - et de ceux qui, en France, aspirent à le devenir – lorsqu’il s’agit de travailler à la paix du monde. Car le monde, manifestement est un échelon qui échappe à leur médiocre horizon politique. La « guerre au terrorisme » ayant été... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 00:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
08 avril 2017

Pour les candidats à la présidentielle : le vieux rêve d'une jeunesse encasernée

Après Le Pen, Mélenchon et Dupont-Aignan, c’est au tour de Macron de proposer le rétablissement d’un service militaire obligatoire. Même si, dans ce dernier cas, les considérations opportunistes ne sont pas à exclure – Le Drian, en récompense, lui apporte son soutien – cette obsession politicienne pour l’encasernement des jeunes (partagée, prétend un sondage, par 74 % des Français) en dit long sur les notions de service, de solidarité, de civisme mises en avant pour justifier cette initiative. Un mois pour Macron, trois mois pour... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 13:32 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,
04 mars 2017

Erasmus : pour dépasser les identités collectives

Erasmus a cette année 30 ans. Fruit d’une initiative venue, au départ, du terrain, de la volonté de quelques enseignants d’échanger leurs étudiants, ce programme européen, en s’institutionnalisant, en élargissant ses domaines d’intervention, a permis à quelque 3 millions d’étudiants de se former en voyageant à travers toute l’Europe. Au-delà de l’aspect purement utilitaire, à visée professionnelle, Erasmus mérite également considération comme symbole d’une collectivité éducative qui dépasse les frontières et les identités nationales.... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 17:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
23 décembre 2016

Les égarements militaires d'un ancien ministre de l'Education nationale

En matière militaire, comme en toutes choses, pourquoi voter pour la droite, quand la gauche fait aussi bien ? Après Montebourg, après Mélenchon, qui préconisent le rétablissement du service militaire, c’est Peillon, eurodéputé à ses moments perdus, qui réclame une augmentation des dépenses militaires. Comme ministre de l’Education nationale, Peillon avait déjà eu l’occasion de faire apprécier toute la force de ses convictions civiques en appelant à un « redressement intellectuel et moral (…) à un réarmement moral » -... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 19:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
18 novembre 2016

L'histoire à l'école et le "besoin de frontières"

Selon Valls, l’élection de Trump marquerait « le besoin de frontières » et, par corollaire, la nécessité de « réguler l’immigration ». Nul besoin de porter plus loin l’analyse : aux USA comme en France, la référence aux frontières suffit pour légitimer tous les discours, tous les projets. Même quand le projet implique que l’on assimile les Mexicains à des « meurtriers » et à des « violeurs » et que l’on s’apprête à vider le pays de plusieurs millions de ses habitants. On peut bien se... [Lire la suite]
11 novembre 2016

A l'école, on ne commémore pas la guerre, on la célèbre

Dans le cadre d’une enquête menée auprès de 7000 élèves âgés de 11 à 19 ans, auxquels il a été demandé de raconter l’histoire nationale (1), une des co-auteur.e.s, Eglantine Wuillot, s’est plus spécialement intéressée aux représentations de ces derniers portant sur la guerre. De fait, « la guerre, opérateur de l’histoire », est omniprésente dans le récit des élèves, un récit qui n’est guère baigné de considérations pacifistes. Les guerres françaises toujours légitimes… Sur les 3767 lycéens ayant participé à l’enquête, de... [Lire la suite]