04 mars 2017

Erasmus : pour dépasser les identités collectives

Erasmus a cette année 30 ans. Fruit d’une initiative venue, au départ, du terrain, de la volonté de quelques enseignants d’échanger leurs étudiants, ce programme européen, en s’institutionnalisant, en élargissant ses domaines d’intervention, a permis à quelque 3 millions d’étudiants de se former en voyageant à travers toute l’Europe. Au-delà de l’aspect purement utilitaire, à visée professionnelle, Erasmus mérite également considération comme symbole d’une collectivité éducative qui dépasse les frontières et les identités nationales.... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 17:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
23 décembre 2016

Les égarements militaires d'un ancien ministre de l'Education nationale

En matière militaire, comme en toutes choses, pourquoi voter pour la droite, quand la gauche fait aussi bien ? Après Montebourg, après Mélenchon, qui préconisent le rétablissement du service militaire, c’est Peillon, eurodéputé à ses moments perdus, qui réclame une augmentation des dépenses militaires. Comme ministre de l’Education nationale, Peillon avait déjà eu l’occasion de faire apprécier toute la force de ses convictions civiques en appelant à un « redressement intellectuel et moral (…) à un réarmement moral » -... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 19:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
18 novembre 2016

L'histoire à l'école et le "besoin de frontières"

Selon Valls, l’élection de Trump marquerait « le besoin de frontières » et, par corollaire, la nécessité de « réguler l’immigration ». Nul besoin de porter plus loin l’analyse : aux USA comme en France, la référence aux frontières suffit pour légitimer tous les discours, tous les projets. Même quand le projet implique que l’on assimile les Mexicains à des « meurtriers » et à des « violeurs » et que l’on s’apprête à vider le pays de plusieurs millions de ses habitants. On peut bien se... [Lire la suite]
11 novembre 2016

A l'école, on ne commémore pas la guerre, on la célèbre

Dans le cadre d’une enquête menée auprès de 7000 élèves âgés de 11 à 19 ans, auxquels il a été demandé de raconter l’histoire nationale (1), une des co-auteur.e.s, Eglantine Wuillot, s’est plus spécialement intéressée aux représentations de ces derniers portant sur la guerre. De fait, « la guerre, opérateur de l’histoire », est omniprésente dans le récit des élèves, un récit qui n’est guère baigné de considérations pacifistes. Les guerres françaises toujours légitimes… Sur les 3767 lycéens ayant participé à l’enquête, de... [Lire la suite]
09 octobre 2016

Education nationale - défense nationale : les liaisons dangereuses

L’éducation à la défense « vise à faire comprendre [aux élèves] que les militaires servent la Nation […]. Pour remplir pleinement ces missions, les militaires ont besoin du soutien de l’ensemble de la Nation. » Le dernier protocole signé entre les deux ministères de l’Education nationale et de la Défense (20/05/2016), concerne cette fois-ci explicitement les enfants de l’école primaire, soumis à leur tour, après leurs aînés de collège et lycée, à cette forme très particulière d’endoctrinement politique entrée dans les mœurs... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 21:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
30 mars 2016

Marseillaise à l'école : changer les paroles, culbuter la nation

Lorsqu’en 2005 un parlementaire, Jérôme Rivière, député UMP, fait intégrer l’enseignement de la Marseillaise à la nouvelle loi d’orientation sur l’école, l’écho médiatique qui accueille son initiative n’est guère en rapport avec l’indifférence manifestée sur le terrain. Et pour cause, à cette date, cela fait déjà vingt ans que la Marseillaise est inscrite dans les programmes scolaires (1985), comme elle le sera dans ceux de 1995, 2005, 2008 puis 2015, injonction administrative à répétition traversant les différentes majorités... [Lire la suite]
17 mars 2016

Des stages commando contre le décrochage scolaire : à l'école, que la guerre est jolie !

Le décrochage scolaire, qui voit chaque année plusieurs milliers de jeunes s’évaporer du système éducatif, est une réalité complexe, où interviennent de multiples considérations, psychologiques, sociales, familiales, pédagogiques. Réalité complexe, du moins le croyait-on jusqu’à ces dernières semaines lorsque l’Education nationale, jusque là fort démunie, a fièrement fait savoir qu’elle avait enfin la solution : confier les élèves décrocheurs à l’armée. « Un partenariat original » Cette innovation éducative de premier... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 21:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
05 janvier 2016

La caserne à 12 ans, nouvelle initiative PS - LR

Un encadrement militaire pour les enfants de 12 ans ? Avec cette dernière initiative avancée par plusieurs parlementaires, l’année Charlie n’en finit pas de dériver, de délirer. « Acculturer » les jeunes à la chose militaire Dans un rapport déposé en décembre devant l’Assemblée nationale, deux députés, Marianne Dubois (LR) et Joaquim Pueyo (PS), proposent de supprimer la journée défense et citoyenneté (JDC) corvée obligatoire pour tous les jeunes de 18 ans, par « un programme de cadets de la défense pour les... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 22:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
26 novembre 2015

Décrochons les drapeaux

Le drapeau tricolore comme antidote, comme remède à tous les maux de la société ? Le drapeau comme dérivatif, pour détourner l’attention ? Le drapeau comme viatique, quand il n’y a plus rien à faire ? Le drapeau comme signe de ralliement, comme marqueur identitaire, auquel chacun serait sommé de faire allégeance ? Libé révèle qu’à Paris, les drapeaux s’achètent dans les magasins de farces et attrapes : de fait, là  ils sont vraiment à leur place. Symptomatique de la pensée magique qui s’attache à ce... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 19:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
14 novembre 2015

Arrêter de jouer avec l'école

La violence dans les cœurs, le venin des identités dangereuses dans les têtes, l’incapacité maladive à regarder son prochain autrement que comme l’ennemi : le terrorisme a encore de beaux jours devant lui – son histoire est d’ailleurs longue – et il faudra bien plus que les mâles postures et les discours guerriers pour l’éradiquer. On voit bien que depuis janvier, la « réponse » apportée aux attentats n’en est pas une ou que, plus précisément, elle a dû oublier quelque chose en cours de route : l’objurgation... [Lire la suite]