05 novembre 2018

Centenaire de 1918 : à l’école, le devoir de mémoire est une escroquerie mémorielle

A l’image des quatre dernières années de commémoration scolaire autour de la Première guerre mondiale, les cérémonies du 11 novembre s’annoncent patriotiques et militaires : un peu partout, les établissements, fortement sollicités par leur hiérarchie, préparent la participation des élèves au grand barnum mémoriel. Avec cette confirmation : l’hommage aux morts a sérieusement dérivé vers un hommage à la guerre et à ceux qui l’entretiennent. Au départ : une initiative sarkozyenne, étatique et militaire L’enseignement de... [Lire la suite]
26 septembre 2018

"Les enfants pour la paix" ? Une opération commerciale à la gloire de la guerre

Dans le cadre du centenaire de l’armistice de 1918, les élèves de CM2 sont invités à participer à un concours, « Les enfants pour la paix », patronné par le ministre de l’EN et mis en œuvre principalement par la Mission du centenaire et l’éditeur Milan, avec le soutien officiel du ministère des Armées, du CLEMI, de la fondation Varenne, de Plantu (évidemment…), d’autres encore. Il s’agit de mener une enquête sur les monuments aux morts et de réaliser la création graphique d’un symbole de paix. Au vu des consignes données aux... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 19:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
10 septembre 2018

La présidente du CSP fait sa rentrée à l'extrême-droite

C’est à Causeur que Souad Ayada a choisi de confier sa philosophie sur la réforme du lycée et plus généralement sur l’état de l’école en France, son « rêve », dit-elle. Face aux questions décomplexées de Causeur, les réponses de la présidente du CSP (Conseil supérieur des programmes) sont tout autant décomplexées et le rêve tourne au cauchemar. Une parenthèse autobiographique – une réussite qui a permis « d’échapper aux déterminismes sociaux » - lui donne l’occasion de désigner l’adversaire : « les... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 19:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
01 juillet 2018

Marseillaise à l'école : une trop longue histoire commune

C’est comme un mouvement perpétuel : partant d’un « ajustement » des programmes d’EMC et de la communication effrénée du ministre, les médias se sont sentis obligés de titrer et de gloser sur le « retour » de la Marseillaise à l’école. Un retour tout autant fantasmé que les autres : « retour » de l’orthographe, de la grammaire, du calcul etc et aujourd’hui, « retour » de la Marseillaise. Une simple recherche dans les programmes officiels de l’EN, documents publics, facilement consultables,... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 09:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
24 janvier 2018

Hommage posthume de Najat Vallaud-Belkacem à Suzanne Citron : cherchez l'erreur

Avoir à polémiquer aussi rapidement paraîtra sans doute un peu indécent. Mais la réaction de Najat Vallaud-Belkacem à la mort de Suzanne Citron appartient au registre, familier aux politiques, de la récupération. Car reprendre à son compte la critique du roman national scolaire quand on a soi-même, comme ministre, contribué à le renforcer, n’est ni crédible ni honnête. Pour l’ancienne ministre de l’EN, « enseignement de l’histoire, déconstruction du mythe du « roman national », démocratisation de l’Ecole... ce soir nous avons... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 15:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 janvier 2018

Suzanne Citron

Son inlassable activité d'historienne, d'enseignante, ses travaux montrent qu'elle avait vu juste avant tout le monde. Suzanne Citron : il est toujours temps de la lire, de la relire, de la faire reconnaître. Extraits :  « Notre histoire nationale est le résultat d’un empilement de textes et d’un emboitement d’interprétations visant à la louange du pouvoir en place. La mémoire franque a célébré Clovis et Charlemagne  confondus dans une même lignée de saints rois, oints de Dieu. Les Capétiens se sont approprié... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 19:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 novembre 2017

11 novembre : à l'école, un message mémoriel militarisé

Dans un récent ouvrage (1), Sarah Gensburger et Sandrine Lefranc s’interrogent sur l’efficacité des politiques de mémoire : « L’idée qu’il est possible, à travers la mémoire et les « leçons du passé », d’armer aujourd’hui le citoyen contre des violences à venir est un pansement bienvenu sur nos inquiétudes ; elle protège l’individu qui y adhère des doutes qu’il peut avoir sur la morale qui l’habite. » En sociologues, elles s’intéressent à « l’écheveau des relations sociales » qui viennent... [Lire la suite]
07 octobre 2017

Blanquer à l'école du Sénat

Avec la réélection de Gérard Larcher, c’est, sur le sujet de l’école, un réactionnaire décomplexé que les sénateurs ont renouvelé à la tête de leur assemblée, parfaitement en phase avec les orientations, les prises de position de l’actuel ministre de l’Education nationale. C’est un rapport (« La nation française, un héritage en partage », tout est dans le titre…) qui lui avait été commandité par le président Hollande dans le cadre de la « grande mobilisation républicaine » (sic) consécutive aux attentats de 2015, qui a donné à... [Lire la suite]
18 juillet 2017

Mélenchon et la rafle du Vel' d'Hiv' : la république sacralisée

« Vichy, ce n’est pas la France. »  Avec cette formule définitive, Mélenchon fait son coming out mémoriel. Prétendant réfuter le discours de  Macron sur la rafle du Vel’ d’Hiv’, il interprète l’histoire à sa façon et confirme qu’en la matière, non seulement il a beaucoup de retard sur l’historiographie du dernier demi-siècle mais surtout qu’il n’est pas du bon côté. Une analyse sommaire et contournée : s’il ne conteste pas que « des Français ont été personnellement responsables du crime comme ce fut le... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 17:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
15 juillet 2017

L'armée, la guerre : tabous français entretenus par l'école

Fête nationale, fête militaire, fête guerrière : la présente édition n’a pas dérogé à la règle qui veut que la nation française trouve à s’incarner principalement dans l’armée, dans la guerre. Et comme si les parades militaires, les hymnes et les drapeaux ne suffisaient pas, des annonces politiques sont venues renforcer cette identification que personne, ou quasiment, ne semble vouloir remettre en cause. L’armée : un tabou français Dans un contexte de réduction drastique des déficits publics, la hausse annoncée du budget... [Lire la suite]