30 mars 2016

Marseillaise à l'école : changer les paroles, culbuter la nation

Lorsqu’en 2005 un parlementaire, Jérôme Rivière, député UMP, fait intégrer l’enseignement de la Marseillaise à la nouvelle loi d’orientation sur l’école, l’écho médiatique qui accueille son initiative n’est guère en rapport avec l’indifférence manifestée sur le terrain. Et pour cause, à cette date, cela fait déjà vingt ans que la Marseillaise est inscrite dans les programmes scolaires (1985), comme elle le sera dans ceux de 1995, 2005, 2008 puis 2015, injonction administrative à répétition traversant les différentes majorités... [Lire la suite]
16 mars 2016

L'histoire, "une passion française" ? Mais ce n'est pas de l'histoire

L’histoire serait – paraît-il – « une passion française » : c’est du moins l’enseignement tiré par les sondeurs de BVA dans l’enquête sur « les Français et l’histoire » réalisée il y quelques semaines pour la presse régionale. Une passion, pourtant passablement édulcorée, singulièrement restrictive et qui sent trop souvent l’encre violette et les cahiers d’écoliers. Si 85 % des sondés se disent effectivement intéressés par l’histoire, les objets de cette curiosité frappent d’emblée par les limites... [Lire la suite]
29 janvier 2016

Une "journée du drapeau" à l'école ? L'école dans le piège identitaire

On n’est peut-être pas encore en Corée du nord mais en tout cas, ça tourne au pathologique : plusieurs députés LR, parmi lesquels Bénisti, Chatel, Ciotti, Gosselin, Luca, Tabarot, Wauquiez  - rien que du beau monde – viennent de déposer une proposition de loi visant à instaurer une « journée du drapeau » dans les établissements scolaires. Pour les parlementaires, il s’agirait « à partir d’une réflexion sur notre emblème national comme symbole fort d’unité et de conquête de nos libertés, [de] développer la... [Lire la suite]
18 janvier 2016

A Béziers, Robert Ménard réécrit l'histoire... mais il n'est pas le seul

« Que vous cessiez de “torturer” la mémoire de Jean Moulin et que vous laissiez ses mânes reposer définitivement en paix » : dans un courrier adressé à Robert Ménard, 29 enseignants d’histoire-géographie de Béziers dénoncent l’instrumentalisation à laquelle se livre le maire autour de la mémoire de Jean Moulin, ajoutant : « Hélas, l’instrumentalisation et le retricotage de l’Histoire à des fins strictement polémiques confinent désormais à une orientation idéologique telle qu’il nous a paru relever de notre devoir... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 19:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
08 décembre 2015

Ecole, élections... FN ?

Au vu de la percée du FN dans des régions d’où il était jusque là absent – et même en tenant compte de l’abstention massive – l’explication sociologique très commodément avancée ne tient plus guère la route, si tant est qu’elle ait déjà eu quelque crédibilité : ce ne sont pas le chômage, le sentiment de déclassement, la précarité qui font en priorité voter pour l’extrême-droite mais plus simplement la xénophobie, le racisme et pour certains sans doute la bêtise. Si le dernier facteur échappe à toute rationalité, il n’en est pas... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 12:48 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :
26 novembre 2015

Décrochons les drapeaux

Le drapeau tricolore comme antidote, comme remède à tous les maux de la société ? Le drapeau comme dérivatif, pour détourner l’attention ? Le drapeau comme viatique, quand il n’y a plus rien à faire ? Le drapeau comme signe de ralliement, comme marqueur identitaire, auquel chacun serait sommé de faire allégeance ? Libé révèle qu’à Paris, les drapeaux s’achètent dans les magasins de farces et attrapes : de fait, là  ils sont vraiment à leur place. Symptomatique de la pensée magique qui s’attache à ce... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 19:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
11 novembre 2015

A l'école comme ailleurs, en finir avec le sang impur qui abreuve les sillons

Il y a quelques jours, à Calais, plusieurs centaines de manifestants descendaient dans la rue contre la présence des migrants dans leur ville, une manifestation – paraît-il – apolitique, même si la présidente du mouvement organisateur, « Calaisiens en colère » avait rencontré Marine Le Pen peu de temps auparavant. Contre l’immigration, les symboles nationaux étaient de sortie, drapeaux tricolores et Marseillaise braillée devant la sous-préfecture, le sang impur abreuvant les sillons prenant pour l’occasion une couleur toute... [Lire la suite]
21 octobre 2015

Livret laïcité : la laïcité scolaire poursuit sa mue identitaire

Charte de la laïcité affichée dans les établissements, dorénavant intégrée au règlement scolaire puis signée par les parents, célébration d’une journée laïcité le 9 décembre, éducation morale et civique à tous les étages. Ce n’est sans doute pas suffisant puisque, ces derniers jours, chaque chef d’établissement s’est vu remettre un « livret laïcité », sorte de guide pratique destiné à l’aider, lui et son personnel, à « faire comprendre la laïcité » aux mauvais esprits et aux mécréants mais aussi à lui fournir... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 22:15 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,
15 octobre 2015

A l'école, le patriotisme, érigé en discipline scolaire, prend la place de l'histoire

On a tout dit ou presque sur la régression majeure que constituent les nouveaux programmes d’histoire en primaire et au collège : une campagne médiatique d’une rare violence accompagnant la publication d’un avant-programme pourtant peu novateur ; l’ingérence du pouvoir politique – notamment de Najat Vallaud-Belkacem – dans la mission d’un Conseil supérieur des programmes (CSP) pourtant censé travailler « en toute indépendance » ; au final, des programmes rabougris, étriqués, sans guère de rapport avec les objectifs... [Lire la suite]
07 octobre 2015

Retour du catéchisme national : et pourtant, le CSP "n'a cédé sur rien"...

Dans un entretien au Café pédagogique (06/10/2015), le président du CSP, Michel Lussault, apporte de curieuses précisions sur la nouvelle rédaction des programmes d’histoire-géographie mais en réalité s’enferre un peu plus. « Dans le cycle 2 – explique-t-il  - on place des repères, dans le 3, on privilégie le proche en histoire, dans le 4, on ouvre des perspectives ». Passons sur le 4, où les perspectives restent passablement étriquées, sur le 2 où les repères se limitent à la vie quotidienne sans guère de rapport... [Lire la suite]