12 mai 2015

Enseignement de l'histoire : reculade politique, compromission idéologique

Trois questions simples : Peut-on, en France, enseigner une histoire qui ne soit pas à visée liturgique ? Non. Qui décrète ce que l’on doit croire sur le passé, puisque, décidément, il s’agit d’une croyance ? Le président de la république. De quelle source s’inspire-t-il ? Principalement du Figaro et des médias grand public. On s’y attendait : quelques jours à peine après la parution des projets de programmes pour les cycles 3 et 4, Hollande, suivi, dans la foulée, de Najat Vallaud-Belkacem, désavoue le... [Lire la suite]
08 mai 2015

Commémorer le 8 Mai ? Pas avec des élèves au garde-à-vous

«  (…) L’éducation que j’avais reçue de mes parents m’imposait une attitude respectueuse à l’égard de tous les adultes et surtout des personnes très âgées, indépendamment du milieu dont ils sortaient. Je considérais comme mon premier devoir de porter secours en cas de besoin et de me soumettre à tous les ordres, à tous les désirs de mes parents, de mes instituteurs, de monsieur le curé, de tous les adultes et même des domestiques. A mes yeux, ils avaient toujours raison, quoi qu’ils disent. Ces principes de mon éducation ont... [Lire la suite]
30 avril 2015

Nouveaux programmes : le bêtisier des opposants

Un bêtisier sur les nouveaux programmes d’histoire ? Rien de plus facile, tellement les critiques affolées, les postures outragées, les emportements furieux se sont déployés un peu partout dans les médias avec comme caractéristiques communes, outre de ne jamais faire dans la demi-mesure, de n’avoir guère de rapport avec les textes publiés. C’est une constante : pour parler des programmes d’histoire, il n’est pas nécessaire de les avoir lus, et d’ailleurs les plus virulents des polémistes – malheureusement les plus écoutés -... [Lire la suite]
25 avril 2015

L'identité nationale aura-t-elle la peau des nouveaux programmes d'histoire ?

Lassantes et futiles, les sempiternelles polémiques qui accompagnent l’élaboration des nouveaux programmes scolaires, tout spécialement ceux d’histoire. Toujours les mêmes acteurs, pourtant rarement qualifiés et souvent rassemblés autour du Figaro, les mêmes rengaines – la chronologie, l’histoire pénitentielle – mais en prime, cette fois-ci, une fixation toute particulière autour de la place accordée à l’Islam au cycle 4 (cinquième, quatrième, troisième). Une attaque qu’on peut considérer comme officielle, puisque émanant d’une... [Lire la suite]
18 avril 2015

Rapport Larcher et nouveaux programmes : une liturgie nationale pour occulter tout le reste

La commission d’enquête sénatoriale sur « la perte des repères républicains à l’école » peut aller se rhabiller. Elle s’est fait griller la politesse par le président du Sénat qui, dans un rapport commandité aux lendemains des attentats de janvier par le président de la république, délivre ses réflexions sur cette angoissante question : comment sauver la république menacée par la barbarie ? Bien sûr, c’est du côté de l’école que Gérard Larcher va chercher la solution - ce qui le dispense d’avoir à chercher ailleurs... [Lire la suite]
02 février 2015

La Shoah et l'Ecole : dérapages incontrôlés chez les politiques

Le 24 janvier dernier, le tribunal correctionnel de Nîmes s’est déclaré incompétent pour juger les propos tenus par Claude Goasguen le 2 février 2014, lors de la soirée de gala d’une association juive. Le député UMP de Paris avait alors évoqué « cette Shoah terrible qu'on n'ose plus enseigner dans les lycées tant on a peur de la réaction des jeunes musulmans qui ont été drogués dans les mosquées ». Cette accusation grossière portée contre l’école qui ne jouerait plus son rôle dans la transmission de l’histoire - une... [Lire la suite]
20 décembre 2014

Commémorer 1914 : au collège, la guerre est un jeu d'enfants

Des collégiens passant la nuit dans une tranchée qu’ils ont eux-mêmes creusée : le centenaire de 1914 s’achève comme il avait commencé, quelque part entre instrumentalisation politique et activité – dite  « pédagogique » - intempestive. Cette fois-ci, au collège Anne-Frank au Mans, la commémoration a sérieusement dérapé. L’initiative est venue, en début de trimestre, d’une enseignante du collège, désireuse de faire prendre conscience aux élèves de « l’âpreté liée aux combats et de la fatigue cumulée des... [Lire la suite]
04 décembre 2014

"Les héritiers" et le concours de la Résistance : un film pour se donner bonne conscience

C’est sans doute un film plein de bonnes intentions : « Les héritiers », sur les écrans cette semaine, relate l’histoire – paraît-il réelle – d’une classe difficile d’un lycée de banlieue, magiquement transfigurée en modèle d’intégration républicaine par la participation au concours national de la Résistance et de la Déportation. Ce concours, auquel s’inscrivent chaque année quelques dizaines de milliers de lycéens et de collégiens de Troisième, fait figure, depuis plus d’un demi-siècle, de concours officiel de... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 19:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 novembre 2014

Commémorer 1914, ça sert aussi à faire la guerre

Mais qui en doutait encore ? La commémoration de 1914, ça sert à faire la guerre ou à la justifier. Eventuellement, à grappiller des points dans les sondages d’opinion. En inaugurant, le 11 novembre, le mémorial de Notre-Dame-de-Lorette, François Hollande s’est livré à un exercice dans lequel il excelle : interpréter l’histoire à l’aune de ses considérations personnelles : « La paix (…) ce sont nos militaires qui se battent encore au Mali, qui évitent des massacres en Centrafrique ou nos aviateurs qui en Irak... [Lire la suite]
10 novembre 2014

Une éducation pour la paix, avec Maria Montessori

« La véritable défense de l’humanité ne peut se baser sur des armes. Tant que nous ne ferons pas confiance à la grande « arme pour la paix » qu’est l’éducation, les guerres continueront de succéder aux guerres et tant la sécurité que la prospérité des hommes ne seront pas assurées. L’éducation étant la seule voie de salut pour la civilisation et l’humanité, elle ne saurait se confiner dans ses limites actuelles ni conserver sa forme présente. » En 1937, une série de conférences offre à Maria Montessori l’occasion... [Lire la suite]