30 novembre 2013

Histoire-géo à l'école primaire : un rapport à côté de la plaque

Dans son dernier rapport (2013-266), l’Inspection générale de l’éducation nationale (IGEN) dresse un bilan très critique de la mise en œuvre des programmes issus de la réforme de l’école primaire de 2008. Pour ce qui touche à l’enseignement de l’histoire et de la géographie, l’administration se montre comme à son habitude plus à l’aise dans les banalités, les accusations faciles, que dans l’analyse. Une évidence tout d’abord : à l’école primaire – tout comme dans le secondaire -  la contradiction est flagrante entre la... [Lire la suite]
11 novembre 2013

11 novembre à l'Ecole : préparer la paix ou préparer la guerre ?

« (…) Ces guerres, je le sais, les chefs d’Etat qui en sont les auteurs criminels, n’osent en accepter la responsabilité ; chacun s’efforce sournoisement d’en rejeter la charge sur l’adversaire. Et les peuples qui suivent, dociles, se résignent en disant qu’une puissance plus grande que les hommes a tout conduit. On entend une fois de plus le refrain séculaire : « Fatalité de la guerre, plus forte que toute volonté », - le vieux refrain des troupeaux, qui font de leur faiblesse un dieu et qui l’adorent. Les hommes ont inventé le... [Lire la suite]
06 novembre 2013

Centenaire de la Première guerre mondiale : l'Ecole entre commémoration et manipulation

Comment commémorer la Première guerre mondiale à l’école primaire ? Inutile de se poser la question. Par une de ces circulaires qui sont sa marque de fabrique, autoritaires et tatillonnes, l’Education nationale a tranché : la mémoire scolaire de l’événement sera patriotique et guerrière. Les établissements sont en effet fermement incités à participer au concours « Les petits artistes de la mémoire », organisé par l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG), une association qui se trouve... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 19:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
23 septembre 2013

De France 2 au Point : les programmes d'histoire revisités par le populisme

La réécriture des programmes d’histoire prévue par la loi d’orientation a vu se mettre en place ces deniers temps à une curieuse répartition des rôles : d’un côté, une bonne partie des professionnels, enseignants et historiens, convaincus que l’histoire ne peut plus être enseignée sur le modèle hérité du XIXe siècle, construit autour d’un roman national et de l’empilement de dates arbitraires ; de l’autre, des noms et des visages connus du grand public, pour la plupart ni historiens ni enseignants en histoire mais dont la... [Lire la suite]
04 septembre 2013

Histoire-géo en collège : des programmes allégés ou réorientés ?

On les a réclamés, on les a attendus, on les a obtenus et on n’en revient toujours pas. Je veux parler des allègements aux programmes d’histoire-géographie de la classe de Troisième dont  la liste vient de paraître en attendant son passage pour avis devant le Conseil supérieur de l’éducation le 19 septembre prochain. Et de toute façon, c’est le ministre qui tranchera. L’épreuve d’histoire-géographie au DNB en juin dernier avait, on s’en souvient, donné lieu à un concert de protestations - une unanimité plutôt rare dans la... [Lire la suite]
10 août 2013

L'histoire à l'école revue et corrigée par le Haut conseil à l'intégration

C’est ce qu’on appelle un flop : critiquée de toutes parts, à l’exception notable de Valls – surprenant, n’est-ce pas ? –  la dernière recommandation du Haut conseil à l'intégration (HCI) tendant à interdire le voile à l’Université aura finalement tourné à la confusion d’un organisme qui, au fil des années, a multiplié – sous forme de rapports et d’avis – les interventions dans un domaine, l’éducation, où il n’a pourtant ni compétence ni légitimité. Avec des préoccupations très proches, inspirées par un système de... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 18:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
29 juillet 2013

Commémorer la Résistance, c'est surtout bon pour les élèves

Après le Sénat, l’Assemblée nationale vient, à son tour, d’adopter une proposition de loi tendant à faire du 27 mai la journée nationale de la Résistance avec une attention toute particulière portée aux établissements scolaires « invités » - et non plus obligés comme il avait d’abord été prévu de le faire - à organiser ce jour-là un certain nombre d’actions « visant à assurer la transmission des valeurs de la Résistance ». Au regard de l’actualité de ce brûlant été, où le racisme se découvre toujours plus... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 18:53 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
09 juillet 2013

Centenaire de la Première guerre mondiale : la mémoire scolaire militarisée

Le 2 juillet dernier, à Paris, plusieurs écoles se sont vu remettre le prix des « Petits artistes de la mémoire » pour leur participation à un concours censé promouvoir le souvenir de la Première guerre mondiale. Une opération certes labellisée Education nationale mais en réalité mise en œuvre par le ministère de la Défense et des associations d’anciens combattants. A quelques mois des commémorations de 1914, se met en place entre l’Ecole et la Défense une collaboration des plus contestables. Ce concours est en réalité une... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 11:45 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,
01 juillet 2013

Histoire-géo au DNB : la refondation, c'est pour quand ?

Sympas avec les correcteurs, les candidats au DNB : pour l’épreuve d’histoire-géographie, passée vendredi, ils auront travaillé rapidement – beaucoup ont quitté la salle au bout d’une heure, sur les deux prévues – pour rendre une copie qu’on pourrait qualifier de légère, malgré le poids des 13 pages qu’ils avaient pour mission de compléter (à multiplier par 800 000 candidats, on voit que la Cour des comptes, responsable des deniers publics, a du souci à se faire). Mais dans le cas présent, ce ne sont pas les élèves qui sont... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 19:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
26 juin 2013

Histoire-géo : libérons les élèves des programmes

Bruit et fureur : l’épreuve d’histoire-géographie au baccalauréat a donné lieu cette année à une vague de protestations, de critiques en tous genres, dont le mérite principal sera d’avoir réussi à franchir le cercle restreint des professionnels concernés, pour toucher, au moins en partie, l’opinion publique. Davantage peut-être que les sujets d’examen en eux-mêmes, c’est  la lourdeur des programmes qui focalise le mécontentement, renforcé par le refus obstiné de l’Education nationale de prendre en considération ce que les... [Lire la suite]