30 juin 2014

Histoire-géo au DNB : ça ne sert à rien mais on continue

Vendredi matin, quelques minutes avant 9 heures. Dans la salle de classe, vingt candidats au Diplôme national du brevet (DNB) attendent calmement le début de l’épreuve d’histoire-géographie-éducation civique. Sur leur bureau, la convocation d’examen et une pièce d’identité, dûment contrôlés par les surveillants, attestent du sérieux de la chose, du moins en apparence. Dans le couloir, un bruissement précipité de pas annonce, comme au théâtre, l’entrée du chef d’établissement, les bras chargés d’une volumineuse enveloppe contenant les... [Lire la suite]
31 mai 2014

Les jeunes et le vote Fn : quelle responsabilité pour l'école ?

30 % des jeunes auraient donc voté Front national aux européennes ? La présentation spécieuse des résultats électoraux, basée sur des pourcentages de votants et non des électeurs dans leur ensemble, n’en a pas fini de faire des dégâts, autant par l’image qu’elle contribue à populariser – celle d’un parti politique recueillant les suffrages massifs d’un vote contestataire – que par les analyses approximatives qu’elle entretient comme à plaisir. Cependant et même si, compte tenu de l’abstention massive des jeunes, il n’y a pas plus... [Lire la suite]
17 mars 2014

Antisémitisme à l'école : entre contrevérités et obsessions identitaires

« Les milieux scolaires (…) sont régulièrement le théâtre d’actes antisémites. » C’est une conclusion étonnante tirée du « rapport sur l’antisémitisme en France en 2013 » rédigé par le Service de protection de la communauté juive (SPCJ). Etonnante, car ce rapport – anonyme – outre qu’il  ne s’embarrasse guère de précautions méthodologiques attendues sur ce type de sujet, s’autorise sur l’école des insinuations gratuites, jamais étayées, révélatrices d’un système de pensée particulièrement pervers. Si les... [Lire la suite]
02 février 2014

A l'école, la Shoah instrumentalisée

La « journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l’humanité » - c’est son nom – fixée au 27 janvier, s’est accompagnée, dans les établissements scolaires, des traditionnelles injonctions administratives, si souvent revenues qu’on n’y prête plus guère attention. Elle prend place néanmoins cette année dans un contexte très particulier où des polémiques inopportunes, sans guère de rapport avec la réalité historique, viennent obscurcir considérablement la cause que l’on prétend défendre.   ... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 19:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
08 janvier 2014

On n'enseigne plus la Shoah à l'école ? Quand l' UMP se refait une virginité

Si Dieudonné n’existait pas, il faudrait l’inventer. A droite comme à gauche, les mouvements du menton, les condamnations véhémentes se multiplient qui permettent à chacun, par une posture anti raciste savamment composée,  à travers de doctes leçons de morale, de se refaire à bon compte une virginité dans un domaine où, pourtant, la chose ne va pas de soi.  Le dernier en date, Bruno Le Maire (sur France Inter),  retient tout spécialement l’attention : pour lui, c’est l’Ecole qui porte la responsabilité des délires... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 12:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
02 janvier 2014

Histoire à l'école et intégration : un rapport qui mérite mieux que des injures

Remis dernièrement au gouvernement, le relevé de conclusions sur la refondation de la politique d’intégration a surtout suscité jusqu’à présent, à droite comme à gauche, des réactions hystériques guère en rapport avec son contenu. Les questions éducatives et plus spécialement celles qui concernent l’enseignement de l’histoire y font pourtant l’objet d’observations dignes d’intérêt réparties sur deux des cinq rapports publiés par les groupes de travail « Connaissance – reconnaissance » et « Vers une politique française... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 12:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
30 novembre 2013

Histoire-géo à l'école primaire : un rapport à côté de la plaque

Dans son dernier rapport (2013-266), l’Inspection générale de l’éducation nationale (IGEN) dresse un bilan très critique de la mise en œuvre des programmes issus de la réforme de l’école primaire de 2008. Pour ce qui touche à l’enseignement de l’histoire et de la géographie, l’administration se montre comme à son habitude plus à l’aise dans les banalités, les accusations faciles, que dans l’analyse. Une évidence tout d’abord : à l’école primaire – tout comme dans le secondaire -  la contradiction est flagrante entre la... [Lire la suite]
11 novembre 2013

11 novembre à l'Ecole : préparer la paix ou préparer la guerre ?

« (…) Ces guerres, je le sais, les chefs d’Etat qui en sont les auteurs criminels, n’osent en accepter la responsabilité ; chacun s’efforce sournoisement d’en rejeter la charge sur l’adversaire. Et les peuples qui suivent, dociles, se résignent en disant qu’une puissance plus grande que les hommes a tout conduit. On entend une fois de plus le refrain séculaire : « Fatalité de la guerre, plus forte que toute volonté », - le vieux refrain des troupeaux, qui font de leur faiblesse un dieu et qui l’adorent. Les hommes ont inventé le... [Lire la suite]
06 novembre 2013

Centenaire de la Première guerre mondiale : l'Ecole entre commémoration et manipulation

Comment commémorer la Première guerre mondiale à l’école primaire ? Inutile de se poser la question. Par une de ces circulaires qui sont sa marque de fabrique, autoritaires et tatillonnes, l’Education nationale a tranché : la mémoire scolaire de l’événement sera patriotique et guerrière. Les établissements sont en effet fermement incités à participer au concours « Les petits artistes de la mémoire », organisé par l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG), une association qui se trouve... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 19:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
23 septembre 2013

De France 2 au Point : les programmes d'histoire revisités par le populisme

La réécriture des programmes d’histoire prévue par la loi d’orientation a vu se mettre en place ces deniers temps à une curieuse répartition des rôles : d’un côté, une bonne partie des professionnels, enseignants et historiens, convaincus que l’histoire ne peut plus être enseignée sur le modèle hérité du XIXe siècle, construit autour d’un roman national et de l’empilement de dates arbitraires ; de l’autre, des noms et des visages connus du grand public, pour la plupart ni historiens ni enseignants en histoire mais dont la... [Lire la suite]