17 décembre 2012

De l'étoile jaune à l'opération pièces jaunes : dérive mémorielle à l'Education nationale

« L’école a un rôle à jouer dans la transmission de la mémoire auprès des enfants et des jeunes ». Si l’on en croit une récente note de service émanant du ministère de l’Education nationale, la mémoire des élèves risque fort de virer au cafouillage. Un cafouillage qui n’est pas sans arrière-pensée. La note de service a pour objet « la préparation de la commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale (2014-2018) et le soixante-dixième anniversaire des combats de la Résistance, des débarquements, de la... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 20:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
29 novembre 2012

Histoire à l'école, homosexualité, terrorisme : le danger est partout

Dans son analyse des problèmes sociétaux – s’agit-il vraiment d’analyses ? -  et sa vision de l’école, la Droite populaire n’a jamais brillé par sa finesse mais avec le morceau de bravoure de l’un des siens, Nicolas Dhuicq, elle vient de repousser encore plus loin les limites du discours politique. Après avoir longuement réfléchi, ce député UMP de l’Aube, psychiatre de profession, intervenant le 27 novembre à l’Assemblée nationale, croit avoir découvert les causes du terrorisme : l’homosexualité et l’enseignement de... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 19:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 novembre 2012

11 novembre : la mémoire détournée

La presse locale en raffole : chaque année, les photos d’écoliers rassemblés à l’occasion du 11 novembre devant le monument aux morts de la commune illustrent complaisamment les pages intérieures des quotidiens. Souvent peu nombreux, souvent tout petits, leur présence est comme une sorte de caution apportée par leurs maîtres zélés, soucieux de ne pas déplaire aux autorités locales, à la perpétuation d’une mémoire officielle de commande. Spectateurs plus ou moins obligés d’un rituel à la fois religieux et militaire – hymne... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 14:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
07 novembre 2012

Histoire à l'école : détournement de mineur au Figaro

Avec la publication, dans son édition du 1er novembre, d’une  nouvelle tribune sur l’histoire à l’école, confiée cette fois-ci à un « lycéen de 16 ans » (« représentant d’une jeunesse désenchantée » auto désigné), le Figaro se livre à un détournement de mineur, à moins que ce ne soit un canular. Ce qui me fait douter, ce n’est pas principalement que l’article soit illustré par un portrait supposé de l’auteur et non par sa photo, mais surtout que tout, dans la forme comme dans le fond, sente le copié-collé. En... [Lire la suite]
Posté par B Girard à 16:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
05 octobre 2012

Le Figaro et l'histoire à l'école : une tentative de subversion

La prochaine loi d’orientation censée permettre une « refondation » de l’école s’accompagnera de l’élaboration de nouveaux programmes scolaires. En toute logique, l’écriture des programmes d’histoire – il s’agit en gros, de choisir entre les périodes, le thématiques, de définir des priorités - devrait revenir à des enseignants, des historiens, des didacticiens, des pédagogues, compétents et donc légitimes à un titre ou à un autre, pour définir ce qui doit être enseigné. Encore faudra-t-il que l’autorité politique qui, en la... [Lire la suite]
30 septembre 2012

Programmes de lycée, harkis aux programmes : l'histoire sous influence

On croyait la chose entendue : après les oukases, les coups de force, les annonces à répétition de l’époque Sarkozy, le dialogue, le respect des partenaires devaient reprendre leurs droits en matière éducative, notamment dans le cadre de la consultation nationale en vue d’une hypothétique « refondation » de l’école. De bonnes intentions qui n’auront guère franchi le mois de la rentrée. Immanquablement, c’est l’enseignement de l’histoire qui semble faire les frais de la précipitation gouvernementale. Après la décision,... [Lire la suite]
29 août 2012

Sortir de l'histoire de France

C’est la tradition : chaque année, à pareille époque, une bruyante campagne est lancée contre l’enseignement de l’histoire, avec le support indéfectible du Figaro (24/08/2012). Toujours racoleuse – « Qui veut casser l’histoire de France ?» - elle mêle des préoccupations idéologiques fortes, une réelle méconnaissance du sujet, une bonne dose de mauvaise foi mais aussi des intérêts commerciaux bien pensés. La critique du système éducatif, c’est aussi un marché. Relever les contrevérités qui s’affichent à chaque ligne ou... [Lire la suite]
28 août 2012

"Vague brune sur l'histoire de France"

Comme chaque année en période de rentrée, le Figaro relance sa campagne sur le thème : « on n’apprend plus l’histoire de France à vos enfants ». Avec toujours les mêmes arguments éculés mais aussi beaucoup d’arrière-pensées.La réaction d’Aggiornamento : « Ceux qui souhaitent réintroduire les valeurs nationalistes et chrétiennes à l’école continuent de mentir sur la manière dont l’histoire est enseignée aux enfants. A la rentrée 2010 déjà, puis en 2011 jour pour jour, Dimitri Casali attaquait les nouveaux... [Lire la suite]
20 août 2012

Aphg + sénateurs = zéro pointé

Et l’on ne nous en avait rien dit ? Soyons reconnaissant à l’Aphg de dévoiler les noirs desseins du ministre : figurez-vous qu’à la rentrée, l’horaire imparti en collège à l’enseignement de l’histoire-géographie se voit réduit de façon drastique. Ainsi, en classes de 5e et 4e, avec une seule heure d’histoire hebdomadaire, les enseignants seront tenus de traiter toute la période courant de Charlemagne à 1914. Sur son site, l’Aphg mentionne les questions écrites laissées au ministre par deux sénateurs/sénatrices socialistes,... [Lire la suite]
11 juillet 2012

Histoire-géographie au collège : le socle commun comme alternative

Il est quand même curieux de constater que la plus grosse partie des commentaires entendus ici et là ces derniers temps sur l’enseignement de l’histoire – même s’il est vrai que nous sortons d’une période d’examen – porte davantage sur la certification finale, bac et DNB, que sur la nature de l’enseignement en question, les programmes et la pédagogie. Un peu comme s’il allait de soi que l’examen devait être l’aboutissement ultime de tout apprentissage. Pour ce qui est du DNB, une épreuve écrite d’histoire-géographie, de par sa... [Lire la suite]