18 juillet 2015

Dans les programmes d'histoire aussi, c'est toujours la faute à l'Allemagne

« Le tragique réel de la situation, c’est que l’Europe est un continent qui, au XXe siècle, de façon cyclique, se suicide sous direction allemande. Il y a d’abord eu la guerre de 14, puis la deuxième guerre mondiale. Là, […] on est en train sans doute d’assister à la troisième autodestruction de l’Europe, et de nouveau sous direction allemande. » Une citation, parmi beaucoup d’autres de la même veine, à avoir eu les honneurs de la presse dans le cadre de la crise grecque. Le problème, dans le cas présent, réside dans la... [Lire la suite]
06 juillet 2015

Programmes scolaires : entre crispation autoritaire et tradition centralisatrice

Que restera-t-il de la loi d’orientation à la rentrée 2016, date prévue pour son entrée en application ? On peut effectivement se poser la question à la lecture de la lettre adressée le 1er juillet par Najat Vallaud-Belkacem au président du Conseil supérieur des programmes (CSP). Alors que cet organisme avait été créé par la loi d’orientation de 2013 pour travailler « en toute indépendance » à l’élaboration des programmes scolaires, ces derniers mois ont été marqués par une reprise en main du ministère sur l’ensemble du... [Lire la suite]
01 juin 2015

L'histoire "dans l'ordre chronologique" : les non-dits d'un débat biaisé

«Il faut rétablir la chronologie » : au refrain obligé qui accompagne immanquablement la préparation des nouveaux programmes d’histoire, la ministre de l’Education nationale se croit  à son tour dans l’obligation de répondre : « Nous avons rétabli la chronologie ». Derrière ces deux affirmations, beaucoup de non-dits, d’arrière-pensées et surtout une imprécision langagière qui biaise le débat : mais de quelle chronologie parle-t-on au juste ? Car aussi loin qu’on regarde en arrière, au collège... [Lire la suite]
18 mai 2015

Réforme du collège : une polémique qui choisit mal sa cible

Hurler au loup tout en se trompant de cible : c’est la curieuse impression qui ressort de la polémique entretenue ces dernières semaines autour de la réforme du collège et, accessoirement, des programmes d’histoire. Un peu comme si l’enseignement des Capétiens directs, des batailles napoléoniennes ou du grec ancien l’emportait en priorité sur la lutte contre la pauvreté et les inégalités sociales à l’école. Une confusion qui, indéniablement, en dit long sur la société qui l’entretient. Deux nouvelles enquêtes - ... [Lire la suite]
12 mai 2015

Enseignement de l'histoire : reculade politique, compromission idéologique

Trois questions simples : Peut-on, en France, enseigner une histoire qui ne soit pas à visée liturgique ? Non. Qui décrète ce que l’on doit croire sur le passé, puisque, décidément, il s’agit d’une croyance ? Le président de la république. De quelle source s’inspire-t-il ? Principalement du Figaro et des médias grand public. On s’y attendait : quelques jours à peine après la parution des projets de programmes pour les cycles 3 et 4, Hollande, suivi, dans la foulée, de Najat Vallaud-Belkacem, désavoue le... [Lire la suite]
30 avril 2015

Nouveaux programmes : le bêtisier des opposants

Un bêtisier sur les nouveaux programmes d’histoire ? Rien de plus facile, tellement les critiques affolées, les postures outragées, les emportements furieux se sont déployés un peu partout dans les médias avec comme caractéristiques communes, outre de ne jamais faire dans la demi-mesure, de n’avoir guère de rapport avec les textes publiés. C’est une constante : pour parler des programmes d’histoire, il n’est pas nécessaire de les avoir lus, et d’ailleurs les plus virulents des polémistes – malheureusement les plus écoutés -... [Lire la suite]
25 avril 2015

L'identité nationale aura-t-elle la peau des nouveaux programmes d'histoire ?

Lassantes et futiles, les sempiternelles polémiques qui accompagnent l’élaboration des nouveaux programmes scolaires, tout spécialement ceux d’histoire. Toujours les mêmes acteurs, pourtant rarement qualifiés et souvent rassemblés autour du Figaro, les mêmes rengaines – la chronologie, l’histoire pénitentielle – mais en prime, cette fois-ci, une fixation toute particulière autour de la place accordée à l’Islam au cycle 4 (cinquième, quatrième, troisième). Une attaque qu’on peut considérer comme officielle, puisque émanant d’une... [Lire la suite]
18 avril 2015

Rapport Larcher et nouveaux programmes : une liturgie nationale pour occulter tout le reste

La commission d’enquête sénatoriale sur « la perte des repères républicains à l’école » peut aller se rhabiller. Elle s’est fait griller la politesse par le président du Sénat qui, dans un rapport commandité aux lendemains des attentats de janvier par le président de la république, délivre ses réflexions sur cette angoissante question : comment sauver la république menacée par la barbarie ? Bien sûr, c’est du côté de l’école que Gérard Larcher va chercher la solution - ce qui le dispense d’avoir à chercher ailleurs... [Lire la suite]
25 septembre 2014

Entendu à la radio : "le djihadisme, c'est la faute à l'histoire au collège"

Le refrain n’est pas nouveau mais à la longue, il inquiète : il y a deux ans déjà,  un député UMP de la Droite populaire, dans une intervention tout ce qu’il ya de plus officielle à l’Assemblée nationale, avait cru judicieux d’imputer la responsabilité du terrorisme à l’Ecole et plus spécialement aux programmes d’histoire, accusés de cultiver chez les élèves « la haine de soi, la repentance en permanente » - en germe, assurément chez les apprentis-terroristes – ajoutant « […] on a voulu faire apprendre à des... [Lire la suite]
30 juin 2014

Histoire-géo au DNB : ça ne sert à rien mais on continue

Vendredi matin, quelques minutes avant 9 heures. Dans la salle de classe, vingt candidats au Diplôme national du brevet (DNB) attendent calmement le début de l’épreuve d’histoire-géographie-éducation civique. Sur leur bureau, la convocation d’examen et une pièce d’identité, dûment contrôlés par les surveillants, attestent du sérieux de la chose, du moins en apparence. Dans le couloir, un bruissement précipité de pas annonce, comme au théâtre, l’entrée du chef d’établissement, les bras chargés d’une volumineuse enveloppe contenant les... [Lire la suite]