Savez-vous que le ministère de l’EN a « mis en œuvre, en moins d’un an, une réforme complète de l’école primaire » ? Savez-vous qu’à la rentrée prochaine, le ministère de l’EN donnera « plus aux élèves de primaire avec deux heures hebdomadaires et des stages gratuits » ? Savez-vous que les enseignants ont reçu cette année avec les heures supplémentaires l’équivalent de un milliard d’euros de pouvoir d’achat » ? Savez-vous que « sarkozysme est l’allié de l’école » ? Ce sont-là, avec quelques autres, plusieurs des gros mensonges proférés aujourd’hui par Darcos dans une tribune au Monde (17/07/2008). Même si l’on n’est plus surpris par les contrevérités permanentes avancées par le ministre, son aplomb et sa persévérance laissent songeur. Croit-il vraiment lui-même à ce qu’il dit, alors que les prochains mois s’annoncent sous les cieux les plus sombres ?

Et puis, toujours, pour flatter son électorat, cette critique bête et méchante du « pédagogisme » : «  (...) Les pédagogistes ont voulu le placer au centre du système éducatif, comme s'il fallait déduire de sa faculté d'apprendre, de comprendre et de restituer des savoirs, une forme de prescience égale au savoir du maître ».  De façon récurrente, le ministre UMP reprend les caricatures les plus éculées mais aussi les plus injurieuses sur les enseignants qui réfléchissent à leur métier, qui se préoccupent davantage des progrès de leurs élèves que du respect des circulaires ministérielles. Pourrait-il nous citer un seul enseignant qui aurait prétendu que « l’élève est à l’égal du maître », formule qui, au passage, ne veut rien dire du tout (le maître serait donc supérieur à l'élève) ? Pourrait-il donner le nom d’un seul « pédagogiste », terme récusé par tous les pédagogues, exclusivement utilisé de manière grossière et diffamatoire par ceux qui, justement, récusent toute pédagogie ?

Avec cette nouvelle tribune, à la tonalité hargneuse et revancharde, Darcos prépare bien mal la rentrée.